chamane : mot d’origine toungouse signifiant « celui qui sait » et « celui qui s’agite ». Ce mot se substitue souvent dans le langage courant à d'autres venant d'autres traditions ( curandero, medecine man, angakok etc...). Ces nombreuses pratiques à travers le monde partagent une trame commune que Mickael Harner a mis en évidence dans le core-shamanism.

 

Depuis l’apparition des premiers hommes, le chamane est le garant de l'équilibre au sein de la communauté : il assure pour la tribu le rôle polyvalent de médecin, magicien, prêtre, coach, mystique, diplomate, etc. et indique où trouver nourriture, eau, etc.
Au-delà de cela, il est le gardien pragmatique et vigilant de l'harmonie entre l'Homme
et la Nature. Il œuvre à relier l'Homme à sa nature profonde et instinctuelle.



Dans la tradition chamanique, en effet, tout déséquilibre dans notre réalité matérielle trouve son origine dans les réalités plus subtiles.

Spécialiste des Etats Modifiés de Conscience (EMC), le chamane « voyage » entre ces réalités où il retrouve ses alliés,
des énergies intelligentes qui le guident et lui transmettent leurs enseignements et fait le lien entre ces mondes :
il va accéder à la partie de nous se trouvant dans la dimension plus subtile, et agir à la racine même du problème.
Il ramène ainsi l'équilibre, ici même, dans notre quotidien, dans la réalité ordinaire.
Pour cela, il peut être amené à extraire des énergies qui seraient venues nous perturber (extraction) ou bien, à l'inverse, à rapporter un « morceau de notre âme » qui aurait été égaré à la survenue d'un choc physique ou émotionnel (recouvrement), ou encore à guider les âmes « errantes » sur leur chemin (psychopompe).



Images adobe stock